• Categories
  • The Latest Style
  • Archives

Nos prodiges dépassent les frontières, à nous de dépasser nos différences

Les tunisiens ne cessent de se démarquer et de nous faire briller au-delà des frontières.
Notre belle Tunisie déborde de compétences intellectuelles.
Cependant, nous assistons à la fuite de la matière grise qui s’accentue d’année en année.

Est-ce dû à la marginalisation des surdoués ou encore à un système éducatif qui repose sur le bourrage de crâne?
Est-ce dû à l’absence des opportunités de travail après l’obtention du diplôme?
Ou encore est-ce dû à la manifestation de certains clivages scolaires?
Ou peut-être au climat politique instable?

Les causes sont malheureusement innombrables.

Dans ce contexte, nous devons pointer du doigt l’acharnement de certains internautes sur nos fiertés tunisiennes à la suite de leur passage dans l’émission d’El Hiwar Al Tounsi.
Leurs histoires toutes aussi singulaires qu’instructives nous dévoilent l’envers du décor de leurs parcours exceptionnels.
Leurs réussites riment avec persévérance, persistance, dépassement de soi, dévouement et sacrifice.

Par ailleurs, certains commentaires parus sur les réseaux sociaux en disent long sur le manque d’ouverture d’esprit et le manque de conscience chez certains tunisiens.
À travers des commérages, des insultes et des préjugés nous assistons à une nouvelle facette de la discrimination, la discrimination envers les personnes handicapées où ces dernières sont sous-estimées ou méprisées.
Les tunisiens ont beau avoir acceptés les différences en apparence mais est-ce vraiment le reflet de la réalité?
Parfois, on a tendance à oublier le mérite et les sacrifices consentis par ces êtres humains et par leurs parents.
Ne pourrions-nous pas œuvrer pour faire adapter les législations nécessaires afin d’alléger leurs calvaires et celui de leurs familles leur permettant ainsi vivre dans la dignité?

L’hostilité cynique et la manie de catégoriser et de stéréotyper les gens doivent absolument cesser.
Il faut s’ouvrir aux différences et passer à la tolérance et à l’acceptation d’autrui.
Se permettre d’émettre des jugements exprime paradoxalement un manque de confiance en soi et un manque d’humanité.
Saviez-vous qu’en pointant quelqu’un du doigt vous en pointez trois contre vous?

En guise de conclusion, soyons tolérants. Chacun d’entre nous mène sa propre bataille.
En fin de compte, le vrai et unique handicap se manifeste par le manque d’ouverture d’esprit et non par un handicap moteur ou mental.
Être humain ou être un être humain? Libre à nous de choisir notre camp.

Un grand bravo aux tunisiens et tunisiennes qui, en Tunisie ou au-delà des frontières font hisser notre drapeau; Amir Fehri, Chouaieb Nemri, Mohame Gharred (…) et la liste est encore longue.

Par Yasmine Ben Aissa 
  • Show Comments (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *