• Categories
  • The Latest Style
  • Archives

Le son des premières raves Palestiniennes par le collectif “Jazar Crew”

A MAG est parti à la découverte du Jazar Crew et d’une communauté rave naissante dans cette région tendue. Avec eux, les explosions de basses remplacent celles des bombes et la fête prend tout son sens…

Musique traditionnelle ou plus alternative, hip-hop, danse contemporaine… Les disciplines dans lesquelles exercent les Palestiniens sont nombreuses et à chaque fois, l’émotion et le message qui se dégagent de leurs œuvres prouvent l’urgence à faire reconnaître leur identité. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est cette communauté rave menée par le Jazar Crew, un premier collectif underground arabe cristallisant autour de lui les espoirs d’une génération. Formé en 2009 par des amis de toujours, le groupe s’est donné pour objectif d’offrir aux Palestiniens un espace de liberté, mais surtout la possibilité de célébrer ensemble et de découvrir la puissance de la musique électronique.

Aftermovie du Mukti Gathering (2013) :

Six ans plus tard, le Jazar Crew est à la tête du premier festival de musique électronique palestinien, le Mukti Gathering. Chaque année, plusieurs centaines de raveurs palestiniens – et étrangers – se pressent à leur événement malgré les embûches semées par les autorités israéliennes sur le chemin. L’histoire du Jazar Crew démontre que la fête est un désir universel dont nul ne devrait être privé, mais prouve aussi que la techno, la trance et ces sons que nous aimons tant sont un langage qui ne connaît aucune frontière.

Briser les murs, exister aux yeux du monde et faire de la musique une arme d’émancipation massive, tels sont les mots d’ordres des collectifs Jazar CrewSaleb Wahad et BLTNM depuis une petite dizaine d’années. Ici, la techno et le hip-hop retrouvent toute leur dimension politique à travers des fêtes et événements qui ne sont pas toujours bien vus des autorités, d’un côté comme de l’autre de la frontière.

Il est intéressant de voir à quel point l’idée de murs et de ponts est prégnante dans ce documentaire. Les membres du Jazar Crew, évoluant côté israélien, notamment à Haifa et Jaffa dans des lieux tels que le Anna Loulou et le Kabareet tandis que les collectifs hip hop Saleb Wahad et BLTNM sont basés à Ramallah en Cisjordanie, bénéficient d’une moindre liberté de mouvement. C’est donc à travers la musique que les liens se font, et que ces ponts se construisent au sein de cette communauté éclatée qui, même si elle accepte tout un chacun dans ses événements dans une démarche pacifique, se considère où qu’elle soit en « Palestine occupée ». Cela va donc de soi que la Boiler Room de juin à Ramallah représente un symbole fort.

À travers leurs productions et leurs événements, ces artistes trouvent aussi un moyen de se faire entendre et de se démarquer de la bouillonnante scène israélienne qui prend parfois trop de place. En mêlant musique moderne et musique traditionnelle, ils se rattachent à des racines qui ont parfois tendance à se perdre dans la complexité d’un conflit qui n’en finit pas.

Avec la venue de Nicolas Jaar en Palestine, les passages du Jazar Crew et consorts en France et en Europe et le mouvement #DJsForPalestine né en septembre dernier, force est de constater qu’une véritable émulation se créé autour de ces artistes, de leurs créations et de leurs combats dans la communauté musicale internationale. Via ce reportage, on découvre à travers un prisme nouveau, celui de la musique, la philosophie et la quête de liberté de cette jeunesse palestinienne qui ne demande qu’à se faire entendre dans un contexte politique toujours éminemment douloureux.

 

 

 

 

  • Show Comments (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

Une exposition dédiée à l’œuvre de JR a ouvert ses portes à Londres

Le plus populaire des street artistes français inaugure une exposition au cœur de Londres. ...

Prenez votre envol avec TUNISAIR

Envie de voyage ? La compagnie aérienne nationale Tunisair a annoncé mardi soir le ...

HECY c’est FINI…

La marque tunisienne Mademoiselle HECY est le fruit de la collaboration de deux jeunes ...

TUNIS PARMI LES 52 VILLES À VISITER EN 2019 SELON LE NEW YORK TIMES

Le journal américain New York Times, a publié mercredi sa liste des 52 destinations ...

The Voice: Nejla Belhaj fait honneur à la Tunisie

L’émission “The Voice Belgique” a fait son retour. Matthew, BJ Scott, Slimane et Vitaa ...