• Categories
  • The Latest Style
  • Archives

Leith Ben Ammar un avocat très Hype….

Né en tunisie en 1987, leith a bercé dans la musique et le mix dès son plus jeune age en jouant du hip-hop et du R’N’B lors des soirées de ses amis du lycée. Sa passion pour la musique électronique apparait en 2005 lorsqu’il déménage à londres pour poursuivre ses études. Initie a la musique élelectronique pas l’album renaissance 3D de satoshi tomiie, il passe tout son temps libre entre phonica, le mythique the end et son club favori the cross. Cette période aura une grande influence sur son style musicale et fera naitre une passion pour la musique deep et mélodique.

A travers sa résidence au jummy’s de frith street, il développe son style unique et commence a gagner en popularité dans son pays grace a des sets sans les clubs les plus réputés tel que calypso, bora bora ou la closerie.

En 2011, il crée avec deux amis , Aziz Kallel(DA CHE) et Ahmed louiri ce qui deviendra l’événement musicale tunisien le plus populaire : Hype

Ces dernières années, il a joué au cotes, entre autres, d’art department, visionquest, Gui boratto, hernan catteneo, lee foss, dop , tale of us et Dixon et a exporté le concept Hype à londres,Paris et à ibiza .

Pour débuter cet interview je voudrai revenir sur la phènomène leith ben ammar si vous nous présentiez cet homme bourré de talents ?

Je suis Tunisien, j’ai 26 ans et je vis à londres.je mixe depuis quelques années et depuis deux ans je bosse pour un cabinet d’avocats.

Envisagez-vous un jour de vous consacrer uniquement a la musique ? vos proches et amis accepteront-ils cette démarche ?

Honnetement pas vraiment.la musique c’est ma passion, c’est ce que je fais pour me détendre et pour m’amuser, je ne veux pas que ca devienne une obligation. Si mixer et produire était mon travail de tous les jours, qu’est-ce que je ferais pour me détendre

 

Pouquois ne pas avoir suivi des cours de musicologie ?

J’ai fais quelques cours de guitare et de solfège lorsque j’avais 10-10 ans mais je n’ai pas accroché a l’époque,

Je be m’y suis réintéréssé qu’après avoir emménagé a londres et depuis entre mes études, le djing, puis hype et mon job, j’ai plus vraiment trouve le temps, je me suis mit a la production il y a quelques mois et je regrette vraiment de ne pas m’etre investi dans ca lorsque j’avais plus de temps.

Est-ce que vos etudes de droits vous ont été imposé ou est-ce un choix personnel si oui pour quelles raisons ?

Comme beaucoup de gens je ne savais pas vraiment ce que je voulais après le lycée

J’aimais beaucoup les matières littéraires et les scie,nces humaines et ayant fait un bac scientifique j’ai choisi de joindre les deux bouts. Il me semblait que le métier d’avocat concilie ces deux aspects à merveille. J’ai eu la chance de découvrir par la suite que mon intuition était bien fondée.

Le djing est-ce pour vous un métier qui a de l’avenir ? encouragerez-vous les jeunes d’aujourd’hui a faire leur passion un métier a part entière ?

Le djing et la musique électronique sont beaucoup plus populaires qu’il ne l’était il y a quelques années. La technologie et internet font que les choses bougent beaucoup plus vite. Le djing et la production sont désormais a la protée de toute personne créative et ne nécessite pas la maitrise d’un instrument ou du solfège il est naturel donc que l’on voit autant d’innovation de nos jours dans la musique électronique.je pense que le djing et la musique électronique feront partie in tégrant de la culture du futur.

Expliquez-nous le concept hype

Hype c’est rois amis qui ont voulut partager leur passion de la musique électroniques avec leurs amis, l’idée qu’on avait de la soirée idéale et qu’on voulait mettre en place était la suivante : un cadre paradisiaque,la musique qu’on aime et des gens réunis autour de cette musique, sans prise de tete…

 

Comment vous est venue cette idée

Un moment marquant de ma vie était la WMc2009 a miami de la musique du soleil une ambiance détendue des gens qui se parlent sans se connaitre a priori bizarement je me sentais comme chez moi, je me souviens en particulier de l’évenement one night only à Qaru&Y loco dice, un dj tunisien très connus mixant vers la fin Aziz et ahmed étaient la eux aussi.lorsque loco dice a commencer a mixer on a sortis un drapeau de la tunisie…l’ambiance était incroyable.c’est a ce moment la que je me suis dit « il faut faire un truc comme ca en tunisie. »

Deux ans plus tars, les circonstances nous on réunit encore une fois et les conditions étaient propice pour se lancer dans l’aventure.

Considérez-vous l’art que vous exerciez un art élitiste ?

Je pense qu’au contraire c’est un art accessible qui permet a beaucoup plus de personnes d’exprime leur créativité la musique électronique avec l’aide de la technologie a démocratise la musique

Votre reve le plus fou ?

Je ne sais pas vraiment quoi répondre sans tomber dans le cliché je pense que pour etre heureux dans la vie il faut toujours avoir des buts etre convaincus par ses idees et oser

J’espère toujours

Votre regard d’avocat par rapport a la situation actuelle de nos artistes tunisiens ?

Je ne voix pas vraiment les choses de facons différentes en tant que DJ et avocat ; je pense que la tunisie regorge d’artistes talentueux au niveau national comme international et dans de nombreux domaines…Abdellatif kechiche,Kenza fourati,Bendirman,Badiaa bouhrizi,Kafon ou Mehdi ben Cheikh pour en citer quelques un.

 

Serier-vous prêt a défendre l’art,les artistes tunisiens et la liberté d’expression ?

Je serai toujours solidaire avec les artistes tunisiens.on a vu de nombreux artistes se battre (souvent avec succès) pour leur droit depuis la révolution.il faut que ce combat continue et si je peux aider de quelconques facons je serai très heureux de le faire cela dit je suis assez optimiste pour l’avenir de l’art en tunisie c’est un domaine en effervescence ces dernières années et malgré quelque coups dur on voit énormément de choses positives.

On vous a vu dj au queen(l’une des boites de nuit les plus connues dans le monde) vous pensez faire partie de ces grands noms de djing ? se classer parmi les 100 premiers DJ dans le monde est-ce un reve ?

(rire) quand même pas . quand au classement des djs oui c clair que serai un rêve mais je pense que pour avoir une chance d’atteindre ce niveau de popularité il faut se donner corps et âme a la musique ce qui n’est malheureusement pas évident lorsqu’on a un autre job.

  • Show Comments (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

OLFA FEKI : PASSIONNÉE, PERSISTANTE ET AMBITIEUSE

La richesse de la Tunisie, c’est son histoire, sa culture, mais aussi ses artisans ...

FATMA BEN SOLTANE : LA CREATRICE QUI SURPASSE LA FRUSTATION TUNISIENNE

Jeune et talentueuse, Fatma Ben Soltane fait parler d’elle et en fait l’unanimité, elle ...

KHANSA BEN FARHAT / Visionnaire, pionnière des matériaux légers

Jeune et talentueuse Khansa Ben Farhat voyage rêve et crée pour donner une nouvelle ...

Shéhrazade Amous: Une voix à plusieurs voies…

Pour débuter cet interview je voudrai revenir sur le phénomène SHERAZED, si vous nous ...

Haythem Zakaria : Illumination artistique

Si un jour vous vous rencontrez dans la rue, comment vous présenteriez-vous en dehors ...

Mehdi Kattou : l’artiste à multiples facettes

Architecte de formation mehdi kattou est aussi un homme de média. Il a lancé ...