• Categories
  • The Latest Style
  • Archives

Seifeddine Manai : Le danseur interprète

Seul le destin reste la dimension qui nous échappe

Cette variable incontournable, qui ouvre une brèche, une échappatoire, de l’Incontrôlable.

Comment s’inspirer de cette notion pour faire face à ce monde de certitude.

Comment on se propose ?

Ce débat construit un corps sans organes que l’on nommera Corps non-humain / Corps vide dépourvu de sensibilité.

Qu’est ce que je suis aujourd’hui, demain et après demain? Et après…

Qu’est ce que tu veux faire de ta vie?

Une vie artistique apparait toujours facile au premier abord, mais une fois à l’intérieur cela devient plus complexe. Les chemins sont tellement différents, les choix sont multiples.

Quel chemin suivre ? Quel chemin prendre ? Quel chemin choisir ?

Ne pas perdre le point de départ qui est avant tout un cheminement humain. M. A. K. T. O. U. B « D’après Seifeddine Manai »

SEIFEDDINE MANAI est né le 9 décembre 1986 à TUNIS –CARTHAGE

À la fois chorégraphe et danseur interprète, Seifeddine Manai, d’origine tunisienne, découvre très tôt l’univers de la danse.

Après être s’être formé à la scène avec la Compagnie Sybel Ballet Théâtre dirigée par Syhem Belkhodja il intègre en 2003 le jeune ballet national de Tunisie.

En 2005 il obtient une bourse de l’État français pour intégrer la formation d’Artiste chorégraphique au sein de l’école Nationale Supérieure de Danse Contemporaine d’Angers où il étudie et rencontre des chorégraphes tels que Trisha Brown, Ko Murobushi, David Zambrano. Loic Touzé, et Verra Montero.

Passionné par le monde de la vidéo et du cinéma Il participe en 2004 au long métrage Maaking off réalisé par Nourri Bouzid et nominé Tanit d’Or aux journées cinématographiques de Carthage, danse dans Fire-Men en 2006, puis participe au projet vidéo (D.A.N.C.E.R.S ) de Bud Blumenthal.

En 2007 il rejoint la Cie Osmosis Physical Dance Theater et danse dans Autoroute Du Soleil, TRANSIT, (Des) astres du monde ainsi que pour le projet Hôtel Dance Room international en Allemagne.

Il enrichit son parcours en dansant et en rencontrant divers autres artistes français mais aussi européens tels que les chorégraphes Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, Emmanuelle Huynh, la Compagnie CHATHA, Les Ballets C de la B , Ultima Vez .

Il fonde en 2011 la compagnie Brotha From Another Motha à Tunis qui sera amenée à participer à divers projets en collaboration avec des compagnies locales. Le collectif est très vite repéré pour son travail essentiellement orienté vers la culture urbaine alternative de Tunis et plus généralement au Maghreb, une culture urbaine qui amène la danse contemporaine à s’ouvrir à d’autres pratiques du corps et à une nouvelle physicalité.

Seiffeddine un chorégraphe interprète qui semble mener un parcours diversifié, « Et alors » une pièce qui semble s’extraire du hip-hop pour se suspendre dans un geste contemporain résolument tourné vers l’avenir. Comme venant de la rue et de ses enfermements (ou de ses boucles, des tours en ville qu’elle appelle qui sont aussi des tours en rond), elle cherchait à ouvrir le mouvement sur l’extérieur, sur l’inconnu et sa propre réinvention en dehors de la rythmique propre au hip-hop. C’est une manière délicate de suspendre la figure hip hop, de l’étirer ou de la faire sortir d’elle-même. Et puis surtout, c’est une façon de travailler sur l’exposition. L’exposition est un terme d’artiste pour dire apparaître en dehors de toute technique, se déposséder de tout masque pour dévoiler la nudité du visage et le corps démuni face aux regards. Ces danseurs, dont certains paraissent très jeunes, presque encore adolescents, tous porteurs d’une relative sauvagerie asociale, d’un silence intérieur, incarnaient quelque chose de la révolte tunisienne. Animés du désir de danser comme d’une révolte qui par de plus loin que la seul question politique.

Pour seif le Hip Hop n’est autre qu’une interprétation expressive qui surgit dans un espace ou le danseur se retrouve face à un plateau nu.

 La discipline fragmentée d’un danseur interprète …

Que ferai-je demain ?

Un lendemain dansant dans un monde indiscipliné

Et ce que l’on voit, c’est aussi un relatif enfermement dans le mouvement, involontaire, qui trahit la raison même de leur combat et de l’avenir qu’il cherche en se battant contre et avec ce même mouvement du Hip-Hop pour inventer des tangentes, des suspens, des dérives, en assumant des temps morts, des marches sans force, comment la Sexualité peut-elle se découvrir, et échapper à l’entonnoir du conformisme sentimental et social dans une danse évolutive.

 

 

  • Show Comments (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

You May Also Like

DÉNONCIATION PAR LA PHOTOGRAPHIE…

Depuis plusieurs décennies, la photographie permet de dénoncer les dérives sociétale en période de ...

Shéhrazade Amous: Une voix à plusieurs voies…

Pour débuter cet interview je voudrai revenir sur le phénomène SHERAZED, si vous nous ...

WISTAR: Le combat d’un révolté……

L’état s’inclinera, comme tous les états se sont inclinés dans le monde devant le ...

(Vidéo) Bertrand Delanoë : Bizerte est l’une des “deux plus belles villes au monde”

L’ancien maire de Paris, natif de Tunis et ayant grandi Bizerte, Bertrand Delanoë a ...

Mendicité juvénile, qui est le responsable ?

Ils sont partout, dans les feux rouges, les carrefours, les grandes avenues , vous ...